Papier Carton


Avenue de L’Europe 59166 BOUSBECQUE
Tel : 06 12 53 20 53
Mail : fo.wepalille@orange.fr
http://www.foconstruction.com

FO c’est quoi ?

FO est un syndicat qui puise son origine dans la première Confédération interprofessionnelle, créée à Limoges en 1895, qui se nommait la Confédération Générale du Travail. Cette « CGT », à l’époque, avait pour seul objet la défense des intérêts des salariés. Par la suite, ce syndicat a subi l’influence politique des communistes, qui provoqua plusieurs scissions. Tous ceux qui étaient attachés à l’indépendance syndicale condamnèrent et refusèrent la politisation de la CGT et sa soumission au Parti communiste français. C’est alors, par conviction, qu’ils créèrent (avril 1948) la Confédération Générale du Travail FORCE OUVRIERE (CGTFO)

Mais pourquoi avoir conservé le sigle CGT ? Bien sûr, par fidélité à l’idéal de liberté et d’indépendance syndicale, qui était à l’origine de la création du mouvement syndical interprofessionnel, mais aussi pour garder ses racines et continuer le véritable syndicalisme indépendant. Aujourd'hui FO, historiquement et juridiquement la CGTFO, est le seul syndicat français libre et indépendant à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis et, de façon générale, de toute influence extérieure au syndicat

vendredi 28 octobre 2016

Quand le bien-être des salariés favorise la performance de l’entreprise



Aon France a fait du bien-être de ses collaborateurs un moteur pour l’entreprise. Après avoir travaillé sur la prévention des risques psychosociaux, le courtier a choisi d’améliorer la qualité de vie au travail. 

C’est une quasi-unanimité : 93 % des employeurs établissent une corrélation entre la santé et les performances de leurs employés. En ligne de mire, notamment : la santé mentale des salariés, véritable préoccupation pour trois personnes actives sur cinq, selon une étude* sur la santé au travail, publiée par le courtier Aon. Ce dernier a d’ailleurs choisi de faire du bien-être de ses salariés un enjeu interne. « C’est à travers les talents des collaborateurs que l’on peut répondre à nos clients, car ils représentent notre valeur. Forcément, si cette valeur fait défaut ou est en difficulté, cela aura des impacts sur l’entreprise », affirme Béatrice Revol, responsable Ressources Humaines d’Aon France.

 Détecter les risques psychosociaux

 Partant de ce constat, Aon France a mis l’accent sur la prévention des risques psychosociaux. Non seulement, les RPS sont inscrits dans le document unique des risques du groupe, mais des modules de formation dédiés aux managers sont organisés. « L’objectif est de faire comprendre aux responsables d’équipes les enjeux qu’il y a derrière les risques psychosociaux et le stress au travail. Les managers ont un rôle de veille : ils doivent être à même de détecter et d’alerter en cas de problème », souligne Béatrice Revol.

Une enquête a également permis d’identifier les facteurs de stress dans l’entreprise. Intervention d’une psychologue du travail, entretiens individuels ou collectifs ont complété cette démarche, qui s’est révélée efficace selon la responsable des ressources humaines : « ça nous a permis de mettre des mots sur les facteurs de stress et de pouvoir mieux cibler nos actions. Elle a été le point de départ d’une négociation sur la qualité de vie au travail ».

 Favoriser la cohésion

La cohésion est un facteur-clé de la qualité de vie au travail.

 Après discussion avec les partenaires sociaux, l’entreprise a en effet voulu construire quelque chose qui allait dans le bon sens pour les collaborateurs. L’élément central de cette démarche est la communication. Ainsi, Aon France rappelle régulièrement qui sont les acteurs en interne ou externes qui œuvrent pour la qualité de vie au travail. « Manager, médecin du travail… chaque collaborateur sait ainsi vers qui se tourner, s’il se sent en difficulté, explique Béatrice Revol. Le stress, comme les autres risques psychosociaux, peuvent être des éléments de pénibilité. Or, on ne peut répondre à cette pénibilité qu’à travers des actions de cohésion.» Ateliers de relaxation, de développement professionnel, promotion du sport dans l’entreprise… Les salariés apprennent à ne plus rester seuls. Ils sont plus engagés, plus sereins, donc plus performants pour leur entreprise. Un pari gagnant-gagnant.


*Etude menée auprès de 500 Responsables RH et Responsables de la gestion des risques, à travers 22 pays de la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) et publiée en juin 2016.

Enregistrer un commentaire