Papier Carton


Avenue de L’Europe 59166 BOUSBECQUE
Tel : 06 12 53 20 53
Mail : fo.wepalille@orange.fr
http://www.foconstruction.com

FO c’est quoi ?

FO est un syndicat qui puise son origine dans la première Confédération interprofessionnelle, créée à Limoges en 1895, qui se nommait la Confédération Générale du Travail. Cette « CGT », à l’époque, avait pour seul objet la défense des intérêts des salariés. Par la suite, ce syndicat a subi l’influence politique des communistes, qui provoqua plusieurs scissions. Tous ceux qui étaient attachés à l’indépendance syndicale condamnèrent et refusèrent la politisation de la CGT et sa soumission au Parti communiste français. C’est alors, par conviction, qu’ils créèrent (avril 1948) la Confédération Générale du Travail FORCE OUVRIERE (CGTFO)

Mais pourquoi avoir conservé le sigle CGT ? Bien sûr, par fidélité à l’idéal de liberté et d’indépendance syndicale, qui était à l’origine de la création du mouvement syndical interprofessionnel, mais aussi pour garder ses racines et continuer le véritable syndicalisme indépendant. Aujourd'hui FO, historiquement et juridiquement la CGTFO, est le seul syndicat français libre et indépendant à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis et, de façon générale, de toute influence extérieure au syndicat

mercredi 12 octobre 2016

InFO's Consommation (AFOC)

Achat en ligne, le vendeur n’est pas toujours celui que l’on croit


Réservées à un petit nombre de site marchand, les places de marché (plus connus sur la toile sous le nom de Market Place) occupent une place croissante sur internet.

La plupart des grandes enseignes (Darty, FNAC, Amazon, PriceMinister, La Redoute, etc.) s’y sont mises, ce qui n’est pas sans incidences pour le consommateur !

Ces places de marché consistent pour une grande enseigne à ouvrir son site marchand à d’autres vendeurs, parfois installés à l’autre bout du monde. Il peut aussi s’agir de vendeurs particuliers.
Cet essor des places de marché sur le net doit pousser le consommateur à la plus grande prudence. Le premier risque pour lui étant la confusion possible entre la multitude d’acheteurs proposant leurs produits (parfois identiques) sur le même site.

Plus simplement, dorénavant, acheter un bien sur le site de la FNAC, ne garantie pas à l’acheteur, s’il n’est pas suffisamment attentif, que le vendeur sera la FNAC. Il pourra s’agir d’un tiers.

Autre risque qui découle de cette confusion, le consommateur ne bénéficiera pas des mêmes conditions de vente en fonction de l’identité du vendeur, et dans la grande majorité des cas l’enseigne qui héberge la place de marché décline toute responsabilité quant à la bonne exécution du contrat de vente. Elle bénéficie même du régime de responsabilité allégé des hébergeurs.
De même si le vendeur est basé à l’étranger, et à fortiori en dehors de l’Union Européenne, il sera plus difficile pour un consommateur de faire valoir ses droits.

Le droit de la consommation pourrait même ne pas être applicable si le vendeur est un particulier (c’est-à-dire que l’acheteur ne bénéficiera pas d’un droit de rétractation, ni de la garantie légale de conformité).

Face à ces risques il n’y a qu’une seule parade : la vigilance du consommateur, avant de conclure la vente.

La vigilance quant à l’identité réelle du vendeur, ses mentions légales, ainsi que les conditions de vente qu’il propose (notamment les conditions et modalités de retour).

Voir en ligne : AFOC - Site internet
Enregistrer un commentaire