Papier Carton


Avenue de L’Europe 59166 BOUSBECQUE
Tel : 06 12 53 20 53
Mail : fo.wepalille@orange.fr
http://www.foconstruction.com

FO c’est quoi ?

FO est un syndicat qui puise son origine dans la première Confédération interprofessionnelle, créée à Limoges en 1895, qui se nommait la Confédération Générale du Travail. Cette « CGT », à l’époque, avait pour seul objet la défense des intérêts des salariés. Par la suite, ce syndicat a subi l’influence politique des communistes, qui provoqua plusieurs scissions. Tous ceux qui étaient attachés à l’indépendance syndicale condamnèrent et refusèrent la politisation de la CGT et sa soumission au Parti communiste français. C’est alors, par conviction, qu’ils créèrent (avril 1948) la Confédération Générale du Travail FORCE OUVRIERE (CGTFO)

Mais pourquoi avoir conservé le sigle CGT ? Bien sûr, par fidélité à l’idéal de liberté et d’indépendance syndicale, qui était à l’origine de la création du mouvement syndical interprofessionnel, mais aussi pour garder ses racines et continuer le véritable syndicalisme indépendant. Aujourd'hui FO, historiquement et juridiquement la CGTFO, est le seul syndicat français libre et indépendant à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis et, de façon générale, de toute influence extérieure au syndicat

samedi 21 mai 2016

Le salarié protégé licencié dans le cadre d’une procédure collective peut saisir les prud’hommes

 
Revirement de la Cour de cassation, qui admet désormais la compétence du juge judiciaire pour apprécier la régularité de l’ordonnance du juge-commissaire au vu de laquelle l'inspecteur du travail a autorisé le licenciement économique d’un salarié protégé. 

Dans un arrêt de 2007, la Cour de cassation a jugé que l’autorisation de licenciement donnée par l’inspecteur du travail, au vu de l’ordonnance du juge commissaire, interdisait au juge judiciaire de se prononcer sur la régularité de la décision du juge commissaire permettant des licenciements (Cass. soc. 14-2-2007 n° 05-40.213). En somme, la décision administrative purgeait de tout vice la procédure de licenciement, y compris de ceux qui pouvaient affecter la régularité de la décision rendue par le juge commissaire. Il revenait alors à l’administration du travail de se prononcer sur une contestation dirigée contre cette décision.

La Cour de cassation revient sur cette décision. Désormais, c’est devant le juge prud'homal que doit être examinée la régularité de l’ordonnance du juge commissaire (ou du jugement du tribunal) qui autorise des licenciements, alors même que l’inspecteur du travail a également donné son accord à la rupture du contrat du salarié investi d’un mandat. 

Un vice de la décision du juge commissaire ou du tribunal de commerce n’entraînera pas la nullité du licenciement, cette sanction n’atteignant que la violation du statut protecteur, mais le privera de cause réelle et sérieuse, malgré l’autorisation donnée par l’inspecteur du travail.

Le salarié protégé dispose ainsi d’une double possibilité de contester la validité de son licenciement : devant la juridiction administrative, en ce qui concerne la décision de l’inspecteur du travail, et devant le juge prud’homal, pour que soient tirées les conséquences d’une éventuelle irrégularité de la décision du juge de la procédure collective.
Enregistrer un commentaire